lundi, août 15, 2022
AccueilPolitiqueRDC-France : la République française révèle son attachement à un déroulement politique...

RDC-France : la République française révèle son attachement à un déroulement politique pleinement inclusif et limpide

 L’Ambassadeur de France en RDC, M. Bruno Aubert a échangé sur le processus électoral en cours en République Démocratique du Congo avec le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso,  au cours d’une audience se tenant au Palais du Peuple, mardi dernier, en s’attardant  particulièrement, sur la réforme de la loi électorale.

Sur ce, le représentant de la France a réaffirmé la position de son pays de voir un processus participatif et inclusif pouvant prendre en compte les revendications de toutes les composantes des acteurs en place.

« Nous avons marqué notre attachement partagé au processus qui soit un processus politique pleinement inclusif, participatif qui puisse inclure de manière transparente les propositions de tous les acteurs politiques et sociaux du pays car nous comprenons qu’il y a une attente très forte de toutes les populations pour que le moment venu les élections soient légitimes pour tout le monde, pour tous les élus et j’ai compris que ce à quoi travaille l’Assemblée nationale et son président,  j’ai été reçu dans cet esprit, c’était très positif, très intéressant » a déclaré le représentant de Macron en RDC.

Il a poursuivi en ceci :  « Nous restons attachés en gros aux principes qui font qu’une démocratie est pleinement en construction et acceptée par tous ses concitoyens c’est-à-dire , comme je le dis, le processus, le caractère inclusif,  participatif, transparent du processus en cours sur les questions plus précises relatives à la loi électorale ça il convient aux députés, aux parlementaires, la représentation nationale de statuer mais tout ça c’est fait dans le cadre parlementaire et nous espérons que tous les députés soient parties prenantes à cet exercice ».

 Le débat sur la réforme de la loi électorale est dans une impasse  à l’heure actuelle, le  président de l’Assemblée Nationale avait  justifié cette situation dans l’objectif de permettre d’abord le retour des députés nationaux du Front Commun pour le Congo (FCC), qui ont boycotté la plénière consacrée à l’examen de la loi électorale. Ces élus proches de Joseph Kabila, dénoncent le manque de consensus sur la question de la loi électorale avant d’en débattre en plénière.  Cette pause permettra aussi aux  groupes parlementaires de se décider  afin de trouver des meilleures options sur  les différentes propositions.

- Advertisement -

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici