lundi, août 15, 2022
AccueilActualitésSoudan–coup d’Etat : la population boycotte le putsch !

Soudan–coup d’Etat : la population boycotte le putsch !

Après l’échec de la tentative du mois passé, un autre coup d’Etat est en cours à Khartoum au Soudan, depuis la journée du lundi 25 Octobre, avec l’arrestation par les militaires des ministres et membres civils du conseil de souveraineté, dont le premier ministre Abdallah Hamdok, ainsi que la dissolution des organes de la transition, pour le refus de soutenir le putsch.

Des troupes militaires et paramilitaires ont été déployées dans la capitale, l’aéroport de Khartoum est fermé et les vols internationaux sont suspendus. L’Internet est également hors service.

Quand bien même les manifestants nomment leur marche de pacifique, on assiste à une confrontation entre ces derniers et les militaires, y compris l’arrestation de certains. Et malgré le couvre-feu, la population manifeste dans la rue refusant catégoriquement ce coup d’Etat.  

Depuis lundi, au moins 3 manifestants ont été tués par  balles tirées par les forces armées selon un syndicat de médecins pro démocratie, et plus de 80 autres blessés.

Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra ce mardi après-midi une réunion d’urgence à huis clos pour discuter sur la situation.

Les inquiétudes dans le monde

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU a réclamé la libération immédiate du premier ministre Abdallah Hamdok.

Washington, profondément inquiet a exigé le rétablissement des institutions.

L’union Africaine, par le président de la commission ; Moussa Faki a appelé à la reprise immédiate des consultations entre civils et militaires.

Le secrétaire général de l’organisation panarabe Ahmed Aboul Gheit a fait part dans un communiqué de sa « profonde préoccupation face aux développements » au Soudan et appelé « toutes les parties à respecter » l’accord de partage du pouvoir de transition établi en 2019 après le renversement de l’autocrate Omar el-Béchir.

L’Allemagne a condamné la tentative de coup d’Etat au Soudan qui doit cesser immédiatement, pour permettre la poursuite d’une transition politique pacifique vers la démocratie.

 Le chef de la diplomatie Européenne, Josep Borrell, a demandé à la communauté internationale à remettre la transition soudanaise sur les rails.

Rappelons qu’en avril 2019, militaires et civils s’accordaient pour chasser Béchir du pouvoir et former le Conseil de souveraineté, composé équitablement de représentants des deux camps afin d’organiser les premières élections libres fin 2023.

- Advertisement -

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici